Je suis un petit bonhomme.

 

Le petit bonhomme de la matière grise. La matière grise du peintre mais peut-être pas seulement.
Je suis né il y a longtemps, dans le dessin d’un enfant de quatre ou cinq ans, un cadeau de fête des mères.
J’ai disparu ensuite pendant de longues années, disparu n’est pas le mot: je suis resté caché à la frontière de la mémoire, ce n’était pas le moment.

Quand le peintre eut enfin travaillé suffisamment pour être vraiment libre dans son art, je suis réapparu ..! Brutalement !
Comme une évidence, car je suis le regard d’enfant dans ses yeux d’adulte, car je suis ce qu’il a de plus sombre et de plus lumineux, car je suis le témoin du pire et du meilleur, car je suis ce qui l’a fait survivre.
Je suis pur et brut, sans vernis aucun, sans compromis non plus.
Un jour, moi et tous les symboles qui m’accompagnaient déjà sur le dessin pour maman, avons franchi les limites de la toile du peintre grâce aux mains magiques de son ami Michel Comte, l’artisan joailler.
C’est ainsi que je suis né pour la troisième fois, sous la forme de bijoux que l’ artiste a façonnés minutieusement un à un pour qu’éclate de mille feux la vérité…

Ma vérité !
Celle du petit bonhomme.
Car je suis ce qui reste d’un enfant un peu perdu , car je suis la force d’un homme !
Je suis le petit bonhomme de la matière grise.

 

Découvrez dès maintenant les peintures qui ont inspirées cette ligne de bijoux : Découvrir le site de Bruno Vignali peinture_petit_bonhomme